Franc CFA, la monnaie de toutes les controverses

Politique

Le débat sur le monnaie de la majorité des pays de l’Afrique francophone ne cesse de s’accroitre entre pro et anti franc CFA. Alors qu’elle est décriée par tous les panafricanistes, la considérant comme une monnaie de servitude, les politiques, quant à eux, calment le jeu et la considère même très bénéfique pour l’Afrique.Le franc CFA, un mal nécessaire ?Relancé à la faveur de l’acte du panafricaniste Kémi Séba qui s’était illustré en brulant un billet de 5000 francs CFA, il faut dire que le débat sur le franc CFA n’est pas nouveau. Considéré comme l’un des mécanismes et instruments par lesquels la France continue d’exercer sa tutelle sur les politiques économiques de certains pays de son giron, notamment en Afrique de l’Ouest et du Centre, le franc CFA s’est vu, au cours des dernières décennies, une montée fulgurante des griefs à son encontre. Monnaie de soumission, esclavagiste, colonialiste. Autant de maux qui ont fini par faire renaitre la tension entre pro et anti CFA. [1]Même si elle est encore d’actualité et cela pour certainement plusieurs années encore, et surtout vu la divergence des opinions, l’on peut affirmer que le franc CFA reste un mal nécessaire. D’autant plus que ses pourfendeurs s’en servent également dans leurs différentes transactions. Cependant, de nombreux intellectuels et panafricanistes font le tour des médias et des populations pour la dénoncer et mettre à nu son caractère avilissant pour les pays africains.

Dans une conférence accordée à la presse africaine indépendante à Paris le 6 septembre dernier, Kako Nubukpo[2], ex-ministre de la Prospective et de l’Évaluation des politiques publiques du Togo, est lui aussi monté au créneau pour fustiger cette monnaie qu’il considère comme le symbole même de la servitude volontaire. Au-delà de tout ce désamour, il faut dire que le franc CFA n’est pour autant pas orphelin.Et pourtant, des admirateurs de tailleAlors que l’élite africaine s’accorde à dénoncer les travers et la face cachée de cette monnaie, la réplique vient cependant des dirigeants africains eux-mêmes. Ces derniers estiment que cette monnaie héritée de la colonisation est toutefois gage de stabilité en Afrique. En en visite en France, les présidents sénégalais Macky Sall[3] et ivoirien Alassane Ouattara n’ont pas manqué d’éloges à l’égard de cette monnaie. Allant jusqu’à la qualifier de monnaie utile et stable qui rend service à l’Afrique. Des propos qui, bien évidemment, heurtent la sensibilité de tous les détracteurs de cette monnaie. Ces derniers ont donc décidé, par tous les moyens, de dénoncer cette supercherie coloniale, véritable frein au développement économique des pays ayant le franc CFA en commun. Mais face au bouclier que constituent certains leaders africains en faveur de cette monnaie, l’on est tenté de dire que la fin du franc CFA n’est pas pour demain.Vous voulez joindre la rédaction de AFRIQUE-SUR7.FR, envoyez-nous un message à l’adresse : INFOS@AFRIQUE-SUR7.FR. Nous reprendrons contact avec vous si besoin. References^ Kémi Séba (www.afrique-sur7.fr)^ Kako Nubukpo (www.afrique-sur7.fr)^ Macky Sall (www.afrique-sur7.fr)


Inscrivez-vous pour ne rien manquer !



Lire sur Afrique Sur 7

Ce document intitulé « Franc CFA, la monnaie de toutes les controverses » issu de Afrique Sur 7 (afrique-sur7.fr) est la propriété exclusive de Afrique Sur 7. Otimbi ne possède aucun droit le concernant. Merci de contacter son auteur pour des questions de droits d'auteur.

Publicité

Suggestion